L'histoire Louve Design

L'histoire Louve Design

Élevée par une femme de tête, Véronique Goulet a grandi autour de l’industrie de la mode. Voulant être, à tout prix, dans la présence de sa mère, qui à ce jour reste sa plus grande source d’inspiration, elle passe son enfance à la manufacture de vêtements de ses parents et développe graduellement des talents avec la machine à coudre.

Malgré ses prouesses de couturière, la force de Véro a toujours été dans l’art des chiffres. Elle étudie en science pure au cégep et termine ses études universitaires avec un diplôme en administration. Rêvant pouvoir, un jour, fonder sa propre entreprise de conception de vêtements, à l’âge de 19 ans, elle part dans l’Ouest canadien pour étudier au Vancouver College of Art and Design. Elle reste en Colombie-Britannique pendant 8 ans, à travailler dans le secteur de la distribution dans des boutiques de mode et accessoires de sports d’hiver. Au courant de ses années, Véro se met à explorer la beauté du Canada, et devient rapidement une fervente amoureuse de la nature. Puis, à son retour au Québec, elle retourne aux études, au Collège LaSalle, afin de développer ses atouts dans le design de la mode.

Au début des années 2000, à la suite de changements majeurs dans l’industrie du textile, la compagnie familiale tire à sa fin. Déterminée à raviver sa flamme, en 2009, Véro reprend les rênes de l’entreprise en tant que comptable et gestionnaire. Sur le coup, elle y voit une opportunité en or et décide d’ouvrir sa propre compagnie de vêtements, qu’elle nomme Louve Design.

Salut Véro! Parle-nous un peu de la marque Louve Design. D’où est venue l’idée?
J’ai parti Louve Design, ma propre compagnie de vêtements, parce que je ne trouvais jamais ce que je voulais sur le marché. J’ai donc commencé à créer mes propres morceaux, qui répondaient à tous mes besoins. J’ai une formation en mode et j’ai grandi autour de l’industrie du textile. Mes parents, à ce jour, sont propriétaires d’une manufacture de vêtements. C’était comme logique.

Pourquoi as-tu décidé de partir ta propre compagnie en plus de gérer l’entreprise familiale? Tu devais jongler beaucoup de trucs en même temps.
En effet, c’était assez intense au début! Mais, ma mère c’est mon idole. J’ai secrètement toujours voulu être comme elle. Je voulais qu’elle soit fière de moi. Quand j’ai appris que la compagnie familiale souffrait, c’est comme devenu ma mission de la sauver. Mais j’avais aussi mes propres rêves. J’ai habité plusieurs années dans l’Ouest canadien. J’ai passé beaucoup de temps en nature et ça m’a donné l’idée de Louve Design. En reprenant la manufacture de mes parents, j’avais tout cet espace, ces machines à coudre. Ça a été mon signe. Je n’ai pas hésité et je me suis tout simplement lancé.

D’après toi, quelles sont les valeurs de ton entreprise?
Le respect de la nature et de l’humanité. Voilà!
Pour vrai, j’aimerais être capable d’aider les gens à comprendre que c’est possible d’être propriétaire d’une entreprise et que ses valeurs soient quelque chose d’autre que le simple profit. La qualité et le respect ça l’existe. Pourquoi un produit est fait, comment il est fait, d’après moi, c’est tellement plus important. Je suis une entrepreneur sociale. Si je suis capable d’inspirer et encourager les gens à pratiquer la durabilité et la pleine conscience, mon travail est fait.

Tu mentionnes souvent le terme «upcycling». Qu’est-ce que c’est au juste?
Le «upcycling» c’est un terme qui désigne l’action de récupérer des matériaux ou des produits qui ne sont plus utilisés. Dans le cas de Louve Design, on reprend des morceaux de tissus d’autres compagnies qui n’en ont plus besoin. Nos vêtements sont faits à 70 % «upcycling» et on en est très fière. On est aussi une compagnie zéros déchets.

Quel est ton plus grand rêve pour Louve Design?
Que mes vêtements soient accessibles à toutes les femmes de notre belle planète et qu’elles les portent avec fierté. 


Ancienne publication Nouvelle publication